vendredi 14 août 2015

PAYSAGES DE L’HYPERRÉEL

Au Centre Canadien d’Architecture, l'exposition Paysages de l’hyperréel : Ábalos & Herreros revue par SO – IL se poursuivra jusqu’au 13 septembre 2015.

Il s’agit de la dernière d’une série de trois expositions, intitulée Sortis du cadre : Ábalos & Herreros. Conçues comme une recherche novatrice et continue sur un fonds d’archives architecturales, les trois expositions explorent le legs de l’agence Ábalos & Herreros à travers l’analyse et l’interprétation de différents commissaires invités.

Sortis du cadre est un projet de recherche et d’exposition créé par le CCA dans le but d’accroître l’accès à ses acquisitions et à la diffusion de celles-ci pour la recherche, l’exploration et la présentation au public alors que les archives sont encore en cours de catalogage. Le fonds d’archives d’Ábalos & Herreros a été donné en 2012 au CCA par les architectes et il couvre leurs réalisations, ainsi que d’autres activités, projets en muséologie, enseignement et imposante production écrite. Ensemble, les trois expositions Sortis du cadre jettent un nouveau regard sur l’œuvre d’Ábalos & Herreros, illustrant leur importance dans le domaine de l’architecture d’aujourd’hui.

PAYSAGES DE L’HYPERRÉEL
Paysages de l’hyperréel explore le rôle du collage non seulement comme forme de représentation, mais aussi en tant que moyen de production. Iñaki Ábalos et Juan Herreros se sont approprié et ont transformé des références provenant d’un large éventail de sources dans les domaines de l’architecture et des arts visuels pour créer des représentations d’un nouveau type de paysage bâti. Œuvrant dans les années 1980 à une époque façonnée par la fin du régime de Franco, Ábalos & Herreros choisissent de porter leur attention vers les paysages périphériques plutôt que vers les zones urbaines développées, et redéfinissent les sites avec de nouvelles considérations programmatiques. Ceux-ci comprennent des centres de recyclage de déchets, des aires de loisirs et de sports, des ports, des autoroutes et des aéroports. Pour les commissaires Florian Idenburg et Jing Liu (SO – IL), « Ábalos & Herreros ont proposé quelques personnages architecturaux : le hangar, la double tour, la structure environnementale, l’appareil-machine et le motif. À répétition, ils ont fait appel à ces personnages dans diverses propositions, pour remplir, animer et activer de nouveaux contextes, du port industriel abandonné de Bilbao aux vastes étendues inhabitées de la campagne de Valdemingómez ». À travers leurs collages et leurs projets réalisés, Ábalos & Herreros ont cherché à créer des paysages hyperréels, un contexte hybride d’éléments naturels et artificiels.

L’exposition présente une sélection de six projets d’aménagements paysagers soutenus par trois types de documents principaux : panoramas de sites, photomontages et expérimentations graphiques, ainsi que des plans (masterplans) illustrant les propositions finales. Ces documents se présentent selon une organisation typologique et spatiale mettant en exergue les six projets. L’installation met aussi en parallèle des projections de documents de référence pour les architectes Ábalos & Herreros qui montrent les cinq éléments typologiques utilisés dans leurs projets de paysage. Ces documents de référence sont issus des archives physiques et numériques du fonds Ábalos & Herreros au Centre Canadien d’Architecture.

Un tapis couvre le sol de l’exposition comme une installation artificielle sur laquelle des vitrines transparentes présentent la sélection d’objets. Ce tapis, œuvre inspirée du tapis 1025 Farben de l’artiste allemand Gerhard Richter qui a fait partie de la scénographie d’une exposition par Ábalos et Herreros pour la troisième Biennale espagnole d’architecture et d’urbanisme (Madrid, 1996–97), est réinterprété par SO – IL aujourd’hui avec une nouvelle gamme de couleur. La conception graphique de l’exposition a été réalisée par Jonathan Hares.

ÁBALOS & HERREROS
Iñaki Ábalos et Juan Herreros établirent leur agence d’architecture à Madrid en 1985, et collaborèrent jusqu’en 2008. Dans leur pratique architecturale et dans le cadre de leur travail, de leur enseignement et de leurs recherches théoriques, ils établirent un nouveau discours architectural et définirent un nouveau langage qui, non seulement reflétaient les transformations des structures politiques, économiques et sociales d’un pays en voie de modernisation dans un contexte postfranquiste, mais par lesquels les architectes exprimèrent aussi de plus en plus leur foi dans la technologie. La nature éclectique de leur travail leur permit d’étendre le vocabulaire de référence de l’architecture, ainsi que le répertoire de typologies et de techniques de construction, tel que l’illustrent leur plan directeur de la Plaza Castilla (1986–1987), leur projet de bibliothèque publique d’Ursa (Madrid, 1994–2003) ou leur plan de site de traitement des déchets urbains et de recyclage de Valdemingómez (Madrid, 1996–1999). Leur travail de recherche et leur pratique professionnelle se rejoignent partiellement dans les cours qu’ils donnèrent à l’ETSAM (Escuela Tecnica Superior de Arquitectura de Madrid) et lors de leurs diverses missions dans des universités américaines comme Princeton, l’Illinois Institute of Technology, la Harvard Graduate School of Design , ou la Graduate School of Architecture, Planning and Preservation de Columbia University. En fait, leurs recherches, publications, activités curatoriales et professionnelles représentaient toutes des aspects complémentaires de leur pratique. Des exemples remarquables en sont la publication de l’ouvrage de 1992, Técnica y arquitectura en la ciudad contemporánea 1950–1990 (traduit en anglais en 2003, sous le titre Tower and Office) et l’exposition sur Cedric Price, Potteries Thinkbelt, présentée en l’an 2000 par Ábalos & Herreros et dont Juan Herreros était le commissaire. À compter de 2008, les deux architectes poursuivirent leurs pratiques respectives séparément, en s’appuyant sur les acquis de leur collaboration. Juan Herreros est actuellement professeur en conception architecturale à l’école d’architecture de Madrid, professeur titulaire à la GSAPP de l’Université Columbia et partenaire fondateur de estudio Herreros, une agence d’architecture dont le siège social est à Madrid, et qui œuvre dans le monde entier. Iñaki Ábalos est professeur à l’ETSAM, professeur au Département d’architecture de la GSD de Harvard et cofondateur de l’agence Ábalos+Sentkiewicz basée à Madrid et à Cambridge (États-Unis).

COLLOQUE PUBLIC
Sortis du cadre : Ábalos & Herreros s’intéresse à l’œuvre d’architectes contemporains toujours actifs aujourd’hui. Ceci permet d’adopter un angle de recherche différent, à travers lequel Iñaki Ábalos et Juan Herreros eux-mêmes, en tant que sujets d’étude, peuvent jouer un rôle actif de répondants aux différentes propositions. Leur participation à ce travail de recherche contribue à forger une histoire orale en constante évolution à propos de leurs propres archives. Un colloque public en date du 12 septembre 2015, réunira les deux architectes espagnols et les commissaires invités pour cette série d’expositions.


cca.qc.ca

Aucun commentaire:

Publier un commentaire