jeudi 29 décembre 2011

LIVRE : Série «Dragonville» de Michèle Plomer, T1, Porcelaine

Un triple voyage dans le temps, dans le fabuleux et dans les cabines de curiosités d'ailleurs et d'ici, hier et aujourd'hui...

Jusqu'à présent, Michèle Plomer nous a marqués de deux livres qui nous faisaient voyager entre l'Estrie et la Chine... Avec le premier tome de cette nouvelle série, nous voyageons avec elle au bord d'un lac près duquel se sont installés des Écossais (son grand-père) et des Chinois qui tenaient blanchisserie sur le rue principale.

Elle nous y emmène vers leurs contrées lointaines, se baladant entre 1910 et 2010, un siècle, trois continents, des hommes et des femmes qui ont appris à vivre autrement les uns des autres et que le destin unit pourtant sur cette terre au bord de l'eau où elle revient après la mort de sa mère...

Reprendre la maison familiale ou la vendre aux promoteurs qui rasent tout ?
Mais que va-t-elle y trouver quand elle ira refaire connaissance avec son enfance alors qu'elle en a déjà revécu quelques bribes par le biais de l'homme à tout faire et de tous les métiers du bâtiment, compagnon de classe de ses jeunes années ?

Et que l'auteure nous fera-t-elle découvrir sur la Hong Kong de 1910, avec tous ses mystères, les gens qui y habitent qu'ils soient Blancs ou Jaunes ou même dragon ?

Ce premier tome est aussi flamboyant que le dragon lui-même dont ce sera l'année en 2012 selon le calendrier astrologique chinois.

On le dévore littéralement jusqu'à ce qu'on arrive aux dernières pages et puis on le déguste tout lentement, un peu pour ne pas le terminer...

C'est inimaginable la quantité d'observations qui se trouvent dans ce roman qui nous remet dans l'ambiance historique de la Chine et de l'Écosse de 1910 ainsi que Québec d'aujourd'hui avec ses retours en arrière pour connaître la vérité sur les incroyables signes et objets en présence desquels elle se retrouve, au hasard de la chance.

Mais justement, elle commencera à comprendre que son existence s'inscrit dans une histoire qui la dépasse, dans une longue et improbable saga dont le tome 1, Porcelaine, n'est que le commencement.

Vivement la suite !

Le tout écrit dans un style clair, concis, superbe.


EXTRAITS

« Les Britanniques cultivaient et transformaient la substance qu'ils vendaient par le biais de marchands contrebandiers, et que les mandarins payaient en taels d'argent. Puis, ces mêmes marchands contrebandiers écoulaient en toute légalité les sommes obtenues en achetant du thé, dont ils chargeaient le ventre de leurs vaisseaux délestés de la drogue. » (p. 24)

« Le surnom avait retenti dans la cour d'école, mêlé aux rires sadiques. Il avait martelé Jean plus fort que les coups de ballon. » (p. 38)

« Les mêmes caractères délicats et minuscules apparaissaient sur les lattes. » (p. 177)

« L'Écossais ignorait les règles de conduite appropriées pour approcher un dragon qui cache un homme. Mais une chose était certaine, un uniforme de policier ne l'aiderait pas à gagner la faveur des domestiques de ce fabuleux animal ; ce sont eux, en définitive, qui décident qui entre ou non dans une maison. » (p. 259)


Michèle Plomer est publiée chez Marchand de feuilles.

Publications précédentes de Michèle Plomer :
HKPQ
Le jardin sablier

Toutes les chroniques LIVRES, CD, DVD

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Enregistrer un commentaire