mardi 21 juin 2011

4T reçoit les Sonos Amigos Collabos Globos

Le 4T a reçu de la grande visite cette semaine : les fils-de francs-maçons et collabos du monde entier qui fonctionnent sous l'appellation Sonos Amigos Collabos Globos.

Bien sûr, même parmi eux, il a fallu faire une sélection de ceux dont les parents et grands-parents étaient les plus méritants. Tous très riches, ils ont tous  à leur service un «boy», ces derniers s'étant occupés d'aller se ballader à travers la ville.

Pour marquer leur courte présence, ils ont décidé de s'amuser à vandaliser les vélos. N'ayant jamais vu de bicyclette de femmes, ils ont cru y voir des ennemis de la nation et ils en ont éventré les sièges, découpé les pneumatiques, peinturluré les paniers et scié les guidons. Parfois, ils faisaient un jeu : comme au bowling, ils se mettaient à plusieurs pour foncer sur un seul, ce qui faisait crochir les roues et tomber la chose qui se trouvait dessus.

Quand ils ont été remarqués par une policière, celle-ci a vite compris qu'elle avait besoin de renfort et plusieurs de ses collègues sont vite arrivés pour tenter de faire cesser ce vandalisme. Une enquête sera menée mais vu qu'ils ont distribué du mari-juano à la volée quand leurs amis représentants sont arrivés, on pense qu'ils ne seront pas accusés.

Celles qui se sont fait vandaliser leur vélo peuvent faire une réclamation à leur assurance. Le gouvernement se désole pour celles qui n'en ont pas ou si le montant ne dépasse pas le déductible mais ne leur offrira rien, considérant qu'il s'agissait là de l'effet du hasard, d'un Act of God.

Lors de l'allocution soulignant la visite d'une telle délégation d'importance, des membres des gouvernements les ont invités à revenir en convention où les roues crochies serviront de trophées mais surtout de cadres pour l'organisation qui a recruté plusieurs nouveaux membres à Morrial-les-bains, ce qui n'a pas étonné l'administration qui connaît les pharamineux droits d'entrée mais surtout les niveaux de pauvreté.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Enregistrer un commentaire