dimanche 21 août 2011

FFM : Massage à la Camerounaise

MASSAGE À LA CAMEROUNAISE,
2010 / Couleur / 44 min Réal. Josza Anjembe, (France - Cameroun)

Horaire :
24 août 2011 • 12:30 • CINÉMA ONF • ONF.24.1 •
26 août 2011 • 19:00 • CINÉMA ONF • ONF.26.4 •
27 août 2011 • 17:00 • CINÉMA ONF • ONF.27.3 •

Massage à la Camerounaise est un documentaire sur un sujet inconnu, une autre forme de mutilation féminine imposée par les femmes aux jeunes filles dans le but de repousser le plus loin possible les rapports sexuels en écrasant les seins au fur et à mesure qu'ils apparaissent, ce qui, disons-le tout de suite n'est d'aucune utilité car les garçons ou les oncles qui ne recherchent que cela, s'aperçoivent bien des autres signes de puberté alors que la jeune fille qui subit cette torture restera marquée à vie et ne pourra vraisemblablement jamais allaiter ses enfants puisque la technique anéantit la pousse des glandes mammaires.

IMAGINEZ QU'ON FASSE L'ÉQUIVALENT AUX HOMMES !
L'horrible pratique consiste à repasser les jeunes poitrines avec soit des pierres chaudes, soit un fouet de broussailles, une louche, des noyaux, un pilon, des pierres à moudre le grain que l'on fait chauffer sur le feu avant d'écraser et d'enduire d'huile.  On connaissait l'excision et l'infibulation, voilà maintenant le repassage des seins. Mais imaginons un seul instant, comme le suggère sans sensasionnalisme la réalisatrice, que l'on veuille pratiquer le rapassage du sexe masculin ???

« J'aurais pu être une de ces filles [...] mais je suis née femme alors je m'interroge »
Cherchant à comprendre,  Josza Anjembe explique avec beaucoup d'étonnement et de tristesse, rencontre diverses personnes dont deux jeunes femmes ayant subi cette mutilation féminine secrète, une mère qui a pratiqué le repassage des seins sur sa fille, une médecin, un expert, des «tantines» s'occupant à informer la population à l'aide de feuillets et du dialogue.

Extraits de témoignages
« Elle a donc chauffé une pierre à écraser [...] j'avais tellement une douleur, j'ai crié. Le lendemain, elle a encore recommencé. Au bout d'une semaine comme ça, les seins sont rentrés.»
« C'est comme si on avait mis le piment et le feu en même temps. »
«Mon oncle qui m'a déviergée m'a dit que ce ne sont pas les seins qui comptent»
« On m'avait surnommé un nom : La girafe qui n'a pas de seins ; et moi, ça me dérangeait beaucoup »
« Vous avez peur que les hommes soient attirés par votre fille, c'est ça ? »
« Il faut que ça brûle la peau »
« Les hommes-là, ça ne sert à rien » qui ne savent contrôler leurs pulsions (viols, inceste...)

Il faut voir ce film, MASSAGE À LA CAMEROUNAISE, présenté au FFM dans le cadre des Documentaires du Monde.

Filles excisées et femmes grillagées, lapidées, brûlées, bloquées, bitchées...




Aucun commentaire:

Publier un commentaire