lundi 7 novembre 2011

CINÉMANIA : «Impardonnables»


Ce nouveau film d'André Téchiné, qui fait pour la première fois un long métrage ailleurs qu'en France, réunit les immortels André Dussollier et Carole Bouquet dans l'immortelle Venise.


Amoureux après et malgré tout
Auteur à succès, Francis (André Dussollier) cherche un endroit pour s'attaquer à son nouveau roman et s'adresse à Judith (Carole Bouquet), agente immobilière un peu froide à qui il n'hésite pas à lancer une invitation amoureuse : : « Si on habite ensemble, je signe immédiatement ! ». Mais cette femme s'en trouve interloquée, avouant plus tard dans le film qu'elle ne pensait plus attirer l'amour et qu'elle appréciait cette nouvelle paix à laquelle elle était parvenue. Tout de même, elle accepte et voilà que Francis, qui a dans sa vie trompé nombre de femmes, devient jaloux !!!

Pire : il n'arrive plus à écrire !

L'histoire est lancée vers un opus romanesque estival, une adaptation libre du roman de Philippe Djian.

Et la réflexion derrière tout ça ?

Casser du pédé ou casser de l'hétéro
Dans ce film, le réalisateur n'hésite pas à montrer les chemins de traverse que nous fait prendre l'amour et surtout les actes, actions, réactions qui s'ensuivent.
C'est ainsi qu'un jeune fraîchement sorti de prison et totalement déboulonné dans la tête se retrouve toujours dans un cul-de-sac quand il cherche à se sauver, entre autres quand il se fait suivre par un homosexuel beau comme un tableau alors qu'ils se trouvent à une exposition, est pris de désarroi et évitant son baiser le balance par-dessus le pontet, dans l'un des romantiques canaux de la ville. Il se sauve mais lorsqu'il se retrouve face à lui peu après, ils s'y prennent à trois pour vouloir venger l'un des leurs et finissent par fracasser sur un mur de briques la tête du seul être cher avec lequel réussit à communiquer le jeune hétéro, en lui indiquant que la prochaine fois, ce serait sa tête à lui qui y passerait.

Les pointes pointues de Téchiné
Ces quatre individus masculins ne sont pas les seuls à gaffer lorsqu'ils sont bousculés par les sentiments. On dirait même que c'est là où veut en venir le réalisateur.

Sans compter qu'il est parfois difficile de se défendre quand on est seul avec un petit chien au bout d'un cul-de-sac, confronté à trois militants persuadés de leur victimisation.

CINÉMANIA

www.servicesmontreal.com
montreal157.blogspot.com
nature-pix.blogspot.com
bicyle-pix.blogspot.com
ServicesMontreal-eblog.blogspot.com
http://www.facebook.com/pages/Montreal-QC/ServicesMontrealcom/114332028613026
Jacqueline Mallette sur Facebook
Van valise non troppo sur MySpace
Montreal157 sur Twitter
Montreal157 sur YouTube

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Enregistrer un commentaire