vendredi 2 mars 2012

8 mars, Journée internationale des femmes - les femmes au Québec

AU QUÉBEC, ON CHASSE ENCORE ET TOUJOURS LES SORCIÈRES
En 2006, une jeune fille de 16 ans accouche chez ses parents et abandonne le bébé dans un boisé un peu au nord de Laval. En novembre 2007, on réduit la peine à homicide involontaire. Mais comment se fait-il que la loi ne prévoit pas d'impliquer le Saint-Esprit qui était obligatoirement bien présent lors de la partie de plaisir mais qui, en ce Québec où supposément les femmes et les hommes sont égaux, il détient le membre qu'il faut pour 1) s'attirer tous les bénéfices si tout va bien et 2) n'avoir aucune responsabilité si tout va mal. 



Mais cette adolescente et son bébé se trouvaient en danger et si on dépense des centaines de millions pour aider les criminels, ne vaudrait-il pas mieux dépenser pour responsabiliser et informer dès leur jeune âge les garçons et les filles ? ... sans oublier de pouvoir compter sur suffisamment de services médicaux pour fournir à la demande et permettre que tout le monde ait accès à des soins quand ils en ont besoin.

Et c'est sans compter qu'en province, la jeune femme se fera pointer du doigt toute sa vie, on chuchotera derrière son dos et, en fin de compte, elle risque de faire de la prison pour n'avoir pas appris à ne pas dire oui trop vite à un élan d'amour certainement pas sans 
conséquences POUR ELLE SEULEMENT. 
Je m'excuse, j'ai sali partout : Histoire d'un infanticide
cyberpresse.ca/actualites/200809/08/01-651742-histoire-dun-infanticide-je-mexcuse-jai-sali-partout.php
helenelamothe.com/index.php?option=com_content&task=view&id=132



Analyse sur L'égalité entre les femmes et les hommes 


Marie Victoire Du Sault (mère du Château Dufresne à Montréal), l'histoire et le vote des femmes au Québec, au Canada, en France et au Royaume-Uni


Tragédie de l'École Polytechnique de Montréal


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Enregistrer un commentaire