vendredi 9 mars 2012

ROMAN HISTORIQUE - Ouest Canadien : La Ville oubliée

« Je me demande bien si j'aurais pu changer le déroulement de cette réunion. J'ai beau être un fin causeur, il s'avère toujours impossible de convaincre quelqu'un qui ne veut pas entendre raison. »

Vient de paraître un roman historique, une histoire basée sur des faits réels racontant la naissance, l'expansion, la chute et le déclin d’une ville canadienne majoritairement francophone dans le nord de l'Alberta.

L'aventure des vastes terres canadiennes
L'auteur nous raconte l'histoire et la vie de quelques familles qui, originaires du Québec, ont suivi ce qui leur semblait leur bonne étoile, un ciel nouveau qu'ils voyaient bleu dans cette nouvelle petite ville située aux confins du Grand Nord, des vastes plaines et forêts au-delà des montagnes Rocheuses, près de grandes étendues d'eau et de vastes zones très nordiques de chasse et de pêche jusque là occupées par les Amérindiens.

La mésaventure dès l'arrivée des Anglais
Oui, mais voilà qu'après leur avoir promis mer et monde, le gouvernement canadien s'emploie à écraser leurs nombres en y envoyant des hordes d'Anglais qui avaient bien l'intention d'y prendre racine et pas seulement.

Au rythme de la petite communauté 
Traite de la fourrure, règlements de compte à la taverne, potins ravageurs et femmes jalouses, jeunes Anglais et leur version canadienne du Ku Klux Klan, (tristes manigances gagnant-perdant à l'Anglaise...), épidémies de maladies dévastatrices, l'opportunisme de la guerre et l'honneur de servir la couronne d'Angleterre surtout  quand ça tombe à point pour bloquer l'avancement ou le progrès des autres, les relations avec les Amérindiens de la région... Bref, l’ambiance des villages au Canada en pleine période de croissance est rendue de façon très réaliste dans ce récit.

L'AUTEUR
Roger Gariépy est né à Prévost, dans les Laurentides. Après des études universitaires et des escapades en Europe, il travaille avec son père dans l’atelier familial de fabrication de canots en bois. En 1994, il devient copropriétaire de l’entreprise. Le goût d’écrire lui vient du temps où il parcourait les champs à la recherche d’aventures. La ville oubliée est son premier roman.


EXTRAITS

« - Jamais je ne pourrai m'habituer à vivre dans une ville qui porte le nom d'un évêque catholique, maugréait Gordon Donnelly » (p. 44)

« D'après moi, Honoré, il y a quelque chose d'autre derrière tout ça. » (p. 117)

« Tous les moyens deviennent bons pour ajouter des recrues à l'armée. L'un de leurs trucs consistait à faire boire les jeunes hommes hésitants et à les endormir ensuite par de belles paroles en vantant leur courage. Ceux-là se réveillaient le lendemain matin avec un mal de bloc et, bien entendu, ils étaient enrôlés dans le Corps d'armée canadien. » (p. 146)

« - Bien entendu ! Je suis la méchante mégère qui dérange. Vous respectez les femmes à condition qu'elles soient à votre service, n'est-ce pas ? l'accusa Blanche. » (p. 168)



La ville oubliée
Auteur : Roger Gariépy
ISBN:9782894555118, 328 pages, prix suggéré: 24,95 $, en ligne et en librairie
Publié chez Guy St-Jean Éditeur

Disparition du français au Canada et les lois contre le français, par province

Territoires francophones . Études géographiques sur la vitalité des communautés francophones du Canada

Aucun commentaire:

Publier un commentaire