vendredi 20 avril 2012

Le Sacre du printemps érable à l’église Saint-Jean-Baptiste

Survolté par l’effervescence qui anime le printemps québécois, l’Orchestre des Artistes, majoritairement constitué d’élèves actuels et diplômés du Conservatoire de musique de Montréal, s’attaque à une oeuvre monumentale qui ne saurait être plus de circonstance : Le Sacre du printemps, d’Igor Stravinsky, qui aura lieu le dimanche 29 avril prochain, à compter de 20 h.

Un mois après avoir présenté le concert engagé On hausse le ton devant une salle comble de 300 personnes au Théâtre Rouge, l’ensemble se fera cette fois entendre à l’église Saint-Jean-Baptiste, haut lieu de culture et de diffusion musicale à Montréal. Les musiciens seront accompagnés sur scène par la troupe La Conserve, qui mettra en mouvement les notes de Stravinsky, en plus de lire un texte inédit du dramaturge et comédien Alexis Martin. L’orchestre dirigé par Andrei Feher interprétera également la Symphonie no 5 en mi mineur, opus 64, de Tchaïkovsky. La soirée sera animée par le comédien et metteur en scène Marc Béland.

Les jeunes artistes mettent gratuitement leur talent à contribution pour attiser à leur façon la flamme qui anime tant de Québécois depuis quelques semaines. À travers leur discipline respective, ils procèdent à une prise de parole en appui au mouvement étudiant, mais également dans le désir de voir naître une plus grande égalité sociale qui confirmera que les efforts collectifs actuels ne sont pas vains.

Leur appel en est un de ralliement, de solidarité et d’espoir.

Au plaisir de vous compter parmi le public pour ce sacre d’un printemps pas comme les autres!

L’Orchestre des Artistes regroupe quelque 80 musiciens. En plus des élèves actuels et diplômés du Conservatoire de musique de Montréal, des étudiants de l’Université de Montréal et de l’Université McGill ainsi que d’autres musiciens complètent le groupe. La Conserve, quant à elle, est constituée d’une trentaine d’élèves poursuivant une formation en art dramatique au Conservatoire de Montréal et au cégep Lionel-Groulx.


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Enregistrer un commentaire