jeudi 19 avril 2012

Luis Sepulveda, Dernières nouvelles du Sud


Épopées lointaines
Le grand auteur Luis Sepúlveda et un grand ami à lui sont partis à la rencontre du Grand Sud et nous livrent en mémoire et avec beaucoup d'émotion leurs plus charmants ou impérissables souvenirs de ces explorations en Patagonie.

Un journal et un album
Comme pour un précieux journal de voyage aux notes et aux souvenirs incrustés, on a pris soin de tout imprimer sur papier double épaisseur..., cela aidera à en prolonger la souvenance, et de parsemer le tout de nombreuses et chaleureuses photos en noir et blanc qu'il ne faut pas manquer de parcourir avec autant de soin que l'on aura sans aucun doute appliqué à la lecture des textes (voir les quelques extraits pour vous mettre en appétit).

Des coups de coeur partout
Des rencontres et des observations à savourer, tout particulièrement l'histoire et la photo vibrante et émouvante de La dame aux miracles ; les nouvelles racontent les gens et les lieux, le temps, les grands espaces, le vent, les quêtes de soi ou d'objets précis qui pourraient se faire trop vite qualifier d'introuvables par des regards venus d'ailleurs.

C'est d'une poésie qui sait émouvoir, qui vous accroche de multiples sourires et qui vous attendrissent de leur bonheur unique, lointain et mémorable. Parfois, les nouvelles sont reliées entre elles, souvent elles font rire de l'intérieur, d'autres fois elles relatent des faits ou leurs circonstances, leurs conséquences. On a l'impression de lire des témoignages de temps révolus ou qui sont sur le point de disparaître, qui devront forcément recourir à de nouveaux modes ou de nouvelles modes.


EXTRAITS

« À l'intérieur, pas de femmes mais des poupées en silicone qui ne fument pas, ne boivent pas, ne chantent pas, et les maquereaux n'exhibent plus d'orgueilleuses cicatrices mais des diplômes de l'école de Chicago. » (pp. 26-27, Anaya Enea)

« En 1903, un parfait crétin du nom d'Apolinario J. Lucero se vit confier par le gouvernement argentin la mission de [...] désigner à qui donner les terres arrachées aux Mapuches dans un passé encore frais et puant le sang. (p. 62), Histoires de poivrots)

« En cherchant la porte, nous avons découvert le verger et nous sommes restés ébahis devant la taille des fruits. [...] C'était un jardin de l'abondance, un poème à la générosité de la terre. [...] Le visage de la vieille dame était sillonné de milliers de rides, ses yeux nous regardaient avec attention et elle s'exprimait toujours avec un doux sourire qui embellissait ses lèvres flétries. » (pp. 80-81, La dame aux miracles)

« Ce matin-là, la gare était étonnamment vide. D'après ce que nous savions de la région, le vieux train restait le seul moyen de transport pour les habitants d'El Maitén devant se rendre à Esquel pour y acheter du matériel, voir un médecin ou se battre avec la bureaucratie. » (p. 111, Le dernier voyage du Patagonia Express)

Dernières nouvelles du Sud : En savoir plus
Accéder à la fiche du livre sur le site de Métailié, Paris

Découvrir l'auteur par le biais de l'encyclopédie Universalis
Histoires d'ici et d'ailleurs, 25 contes de Luis Sepúlveda


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Enregistrer un commentaire