lundi 9 avril 2012

ROMAN CUBAIN :

La Havane année zéro
Auteure : Karla Suárez
Bibliothèque hispano-américaine
Titre original: Todos mienten

Et si le téléphone avait été inventé à Cuba ?
Elle, 30 ans, les hommes de sa vie de tous âges, Cuba a perdu son allié soviétique et pour survivre, ses amis cubains se sont mis à la recherche d'un document pour le prouver et enfin sortir de cette situation zéro, comme si demain en dépendait. Elle, qui n'a rien à tirer de ce document, se laisse embobiner ; naïve et même crédule, elle se croit marionnettiste alors que finalement la marionnette, c'est elle. Mais en fin de compte, faut bien voir... Surtout avec tout le mal qu'elle se donne.

Et tous, ils mentent
Ils mentent pour s'en sortir, ils rêvent, ils s'inventent, ils sourient... Rien de bien grave. C'est juste pour avoir un peu d'argent, pour s'acheter du savon, pour boire du rhum au lieu du tord-boyaux ; et pour ça, les mensonges se multiplient à un rythme infernal, les situations chavirent, les individus et les coeurs font pareil...

Fascinant
Autour de cette année où tout manquait à La Havane après la chute soviétique, l'auteure a su inventer des personnages pittoresques et chaleureux, de vrais individus du système D, celui de la Débrouille. On est fasciné par  les relations humaines et par leurs manèges, rendus nécessaires en ce pays de soleil mais isolé, à quelques brasses des États-Unis, à la même langue ou semblable que tout un continent tout près. Et, de fait, si vraiment le téléphone avait été inventé par Meucci et qu'on savait qu'il existe un document qui le prouve et qu'on avait tous une bonne idée sur la manière de le sortir de l'ombre afin de passer de zéro à un, ne serait-ce que pour quelques jours ? Et l'amour dans tout ça...

L'AUTEURE
Karla Suárez est née à la Havane en 1969, elle est ingénieure en informatique. Ses romans ont été traduits en plusieurs langues ; plusieurs de ses nouvelles ont été publiées dans des anthologies en plusieurs pays ou adaptées au théâtre ainsi qu'à la télévision cubaine. En France, elle a bénéficié de différentes bourses d’écriture. Elle a donné des ateliers d’écriture littéraire et actuellement elle écrit pour le journal espagnol «El Pais». Elle fait partie de la sélection des 39 meilleurs jeunes auteurs latino-américains de moins de 39 ans, organisée en 2007 par Bogota Capitale mondiale du livre.

EXTRAITS

« Vous penserez peut-être que ce n'était pas la peine d'en faire un fromage, mais je n'en pouvais plus, la vie tout entière se moquait de moi. » (p. 20)

« C'était un truc auquel s'accrocher, le levier qui pouvait mouvoir notre petit monde, comme dirait Archimède. » (p. 21)

« Je l'avais devant mes yeux mais il n'existait pas. » (p. 24)

« Assise sur le porte-bagages d'une bicyclette qui esquivait les nids-de-poule dans une ville obscure de 1993, j'ai appris toutes les transformations et les changements de nom de ce lieu mythique avant qu'il ne devienne le Grand Théâtre de La Havane. » (p. 69)

« L'étranger était une terre inconnue, distante, inaccessible. » (p. 71)


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Enregistrer un commentaire